Progressivement…

Vendredi 22 janvier

Fête de départ de mon patron.
Je n’ai pas cotisé a son cadeau d’adieu , je ne lui ai pas écris de mot sur la carte, je n’avais plus de prénom pour lui, pour signer.

La semaine suivante ma sous-directrice devient directrice.

Cette même semaine, je reçois un mail du délégué syndical SUD que j’avais mis au courant de la situation.
Il a parlé de moi au directeur général qui avait l’air de ne pas tout savoir, lui a mentionné la branche LGBT du syndicat.
Apparemment pour le quotidien au travail « il faut voir… » mais en tout cas il ne souhaite pas de « pétition ou ce genre de chose » (tu m’étonnes!).

Lundi 1er février

15eme injection.

Depuis le rasage, ma barbe pousse de façon plus visible(au moins sur le menton).
Mes pattes commencent a prendre forme, et un nouveau duvet blond vient de façon aléatoire sur mes joues.
Je me regarde dans tous les miroirs que je croise et j’aime assez ces ombres sur mon visage.
Je continue a appliquer du Minoxidil 5% aussi régulièrement que je peux.

Retour en famille

Samedi 16 janvier

Arrivé a la gare de Tours, mon père vient me chercher.
Pendant quelques secondes quand il me voit , je crois lire sur son visage une expression que je ne lui connais pas, impossible a déchiffrer.
Le repas se passe bien, ils m’ont acheté des huîtres parce que j’adore ça et ma mère a cuisiné un plat qu’elle sait que j’aime.
Ils me parlent tous les deux au féminin , toujours avec mon nom d’enfant.
Il n’ y a pas trop de questions , a part les habituelles , sur mon travail, l’ appartement et les chats.
Rien ne semble avoir changé.
Puis nous nous posons devant la télé, ma mère l ‘éteint pour pouvoir mieux m’écouter, et ça c’est nouveau. Elle me dit que je ressemble a mon oncle , je ne sais pas comment le prendre , je ne le trouve pas très beau, et puis après je réalise qu ‘ il y a quelques mois elle m’avait dit que je ressemblais a ma grand mère sur une photo que je lui avais envoyé.
Mon père me parle un peu aussi, et il me semble qu’un « il » me concernant lui échappe, il se reprend furtivement, mal a l’aise.
Je ne relève pas , je n’ai pas envie de trop les bousculer, ils ont l’air d’avoir un peu vieillis tout d’un coup.

Je m’en vais, j’ai passé 4 heures avec eux.
Sur le pas de la porte, ma mère me demande quel est mon nouveau prénom, je lui dis, elle l’égratigne et rajoute qu’il lui parait féminin.
Je corrige rapidement, les embrasse, et m’en vais rejoindre mes amies.

Lundi 18 janvier

Texto:
« Papa et moi avons été tres contents de te voir »