Exit , light

Lundi 26 juillet : Sortie de la clinique, bus, train, direction St Etienne.

Je marche précautionneusement, les épaules rentrées, ça me donne l’impression d’être vouté.
Je n’ai pas vraiment mal, quelquefois ça me tire un peu au niveau de la cicatrice, mais j’apréhende plus qu’autre chose de faire un mouvement de trop ou de me cogner.

Pour l’instant je ne fais pas trop d’effort avec mes bras, mes amis ne me laissent pas porter quoi que ce soit. Je me sens un peu stressé quelquefois de ne pas faire grand chose.

Le résultat de l’opération  me plait jusqu’ici. Ma particularité étant que mes deux cicatrices se rejoignent au milieu de mon torse pour n’en former qu’une. Le Dr C. m’ a dit que c’était nécessaire vu la forme de mon ancienne poitrine.
Mon téton gauche a pas mal saigné de J+2 a J+4 et ça m’a un peu angoissé.

Une infirmière vient tous les matins vers 10h désinfecter et changer les pansements.
Jeudi elle doit m’ôter les protections qui sont cousues sur mes tétons.

Je vais bien. Le moral est bon,ça fait plus d’un mois maintenant que je ne bois plus d’alcool.
Evidemment je fume toujours trop.
Je me sens très entouré, je me sens aussi chanceux et privilégié.

Publicités

Enter

J ai réalisé a quel point l’opération était proche et concrète des que je suis rentré a la clinique pour voir l’anesthésiste, il y a 2 jours.
J’étais inquiet a cause de ma crève,et j’avais peur que ça retarde l’opé.
Mais tout s’est bien passé.

Quand je suis sorti, j’ai marché jusqu’ à la gare, rempli d’émotions en pensant a quel point je suis un privilégié d’être entouré comme je le suis par autant de personnes.

Aujourd’hui je rentre a la clinique, je n’ai pas encore vraiment peur, je suis juste très impatient.
On m’ a coupé les cheveux, je me suis rasé le visage, ce soir mon accompagnant devra passer le rasoir sur ma peau depuis le nombril jusqu’au cou ainsi que dans le dos avant ma première douche a la bétadine.

Hier soir , dans un bar a Toulouse, on m’a appelé « mademoiselle ».

Programme de la semaine

19 juillet:
Injec.
J’envois mon arrêt maladie d’un mois qui enchaine avec mes vacances.
Départ pour Toulouse entre amis et en stop.
Retour prévu a Paris: pas avant le 1er septembre.

20 juillet:
Rendez vous avec l’anesthesiste a 14h a Montauban.
Je dois réserver la chambre ainsi qu’un lit supplémentaire.
Retour a Toulouse ou je suis hébergé avec mon accompagnant.(merci aux habitantEs de la coloc de launaguet)
Attente.

22 juillet:
16h30 entrée a la clinique.

23 juillet:
Torsoplastie (ou mammectomie selon le point de vue)

25 juillet:
Si tout va bien sortie de la clinique et nuit a Toulouse.

26 juillet:
Convalescence a St Etienne.

Cette même semaine ma mère se fait opérer , elle continue de m’appeller « ma puce ».

En vrac

24 juin: 32 ans.

Mes collegues m’ appellent toutes et tous Killian maintenant , du moins ils/elles essayent.
Ils/elles le font devant ma directrice qui les reprend et n’admet toujours que mon prénom d’état civil.
Ma sous-directrice la soutient et évoque LE cadre et LE professionnalisme , je ne vois pas le rapport.
Certains résidents me font des compliments sur ma barbe tout en me parlant au féminin.

Je fais des injections de testo aux autres maintenant tout en encourageant l’autonomie d’apprendre a la faire soi-même.
Il suffit quelquefois de réduire la taille de l’aiguille pour que ça devienne moins impressionnant (aiguille noir, intramusculaire pour enfant).
J’aime le rituel de l’injection.

27 juin: j arrête de boire.