Coups de fil

_ « Salut ‘man, comment ça va? »
_ « Oh ba on a vraiment un temps pourri ma puce, qu’est ce qu’il fait gris!Bon la y a ta tante C qui est la, et puis JM et sa femme (oncle et tante) qui sont venus manger »
_ « oui, ah bon tres bien…(manque d’interet total)
_ « Ah bah attend je te passe ta tante C »
_ « euh… »
( suit une conversation brève avec des considerations sur la météo que je vais epargner a tout le monde…)
Puis arrachage de combiné par ma mere des mains de ma tante:
_ « Bon bah ma puce ça m’a fait plaisir que tu appelles, je t’enverrais un message sur l’internet. »

2 heures apres le téléphone sonne.

_ « Oui c’est encore moi, j’ai trouvé que t’avais pas l’air bien au telephone, ça va quand meme? »
_ « Oui oui j’ai pas de probleme, tout va bien »
_ « non parce que je voulais pas rester trop longtemps au telephone tout a l’heure parce que tu comprends ton oncle et ta tante ils sont pas au courant et du coup je voulais pas te parler trop longtemps devant eux… »
_ « ah bon pourquoi? » (air innocent)
_ « non mais bon j’aime pas qu’ils sachent ma vie privée, ça les regarde pas. »
_ « … »

Moi tu vois je vais changer les choses de l’intérieur…

En ce moment (va savoir pourquoi…) je pense a ça.
Je n’arrive vraiment pas a comprendre pourquoi quand on parle a une personne et qu’on lui dit qu’elle participe a un truc pourri,apres avoir reconnu le fait, elle insiste toujours sur comment c’est important de changer les choses « de l’intérieur ».

Je ne vois absolument pas le problème avec l’idée de laisser tomber, boycotter, faire exploser les trucs trop pourris pour essayer de faire des trucs neufs qui seraient mieux (ou ne pas en faire d’ailleurs).

Je sais que je vais aligner des exemples en vrac et peut être que je mélange tout mais j’ai eu cette conversation avec une femme cis flic,une trans de l’UMP,une chanteuse cis pour le Michigan Womyn’s Music Festival,une invitée cis de cineffable, un adherent trans au centre LGBT (sous le regne de CLD),une gouine participant au Printemps lesbien de Toulouse,et j’en oublie sûrement…
Pourquoi si on admet que le truc est naze , on y va quand même?
Est-ce que cet argument de changer les choses « de l’intérieur » est juste l’expression d’un militantisme un peu naïf ou une justification morale facile a portée de main pour ne pas trop se pencher sur ses autres motivations?

Franchement t’es pas clair aussi…

Aujourd’hui il fait beau.
Franchement tout va bien, je suis amoureux (et oui) , la vie est belle.
Le soleil brille et tape, y’a un évenement gratuit dans le coin, y’a une table de presse féministe ou je pourrais m’accouder, tout va bien, je suis pas seul, y’a mes potes gouines et elles sont de bonne humeur.
Y’a une meuf qui arrive (on va dire ça parce que pas visiblement gouine, avec un style de hippie). Elle a l’air a l’aise, elle a l’air de connaître tout le monde, la place a l air de lui appartenir, elle rigole, elle danse, elle fume, elle boit, le monde est beau et tout est permis.
Elle s’assoit a coté de moi et me parle de manière « cool » et « décontractée ». Puis , en me parlant elle me touche la cuisse, le bras… rien de bien grave.
Elle s’excuse , et je lui dis que y’a pas de problème, que je comprend que certaines personnes soient tactiles.
Puis la journée avancent, les concerts s’épuisent, les interactions se passent bien.
J’ai rencontré des nouvelles personnes j’ai appris quelques noms, j’ai pris un coup de soleil , mais je suis content, comme ça fait déjà plusieurs semaines, depuis le printemps.
La meuf de tout a l’heure revient, on va l’appeller M parce que c’est pas pour balancer mais bon c’est son initial, et recommence a me parler en me mettant ses mains sur mes cuisses.
Je lui dis que ok c’est un peu gênant et que ça suffit en fait.
Et la elle me fait un speech comme quoi elle me l’avait demandé plus tot et que j’avais pas été clair, que bon j’avais qu’a lui dire d’aller se faire foutre, qu’il fallait que « j’ose » , que je dise les choses, que elle etait « comme ça » cash, et qu’il fallait pas hésiter, ça a duré un moment … puis je l’ai presque senti venir, un « elle » en parlant de moi lui a echappé. Comme c’est pratique.
Vu la gueule que j’ai, faut être réaliste a un moment, ton « elle » c’est plus qu’ une maladresse.
Je vous passe le fait qu’elle m’a demandé si je voulais qu’elle se mette a genoux, que bon il fallait que « je comprenne », c’est vrai, ça arrive les erreurs quelquefois, je vais pas en plus faire mon relou.
Je passe aussi le fait que la seule personne a l’avoir envoyer chier franchement était un gars hétéro et que j’ai pas osé l’alliance…
Tout ça pour dire, y’a des fois je me dis, le milieu hétéro cis de base, je connais, je sais dealer avec, c’est pas compliqué , on sait a quoi on s’attend.
Mais y’ a rien a faire, suis peut être un peu naïf,mais la, je m’y attendais pas.