Etre unE bonNE alliéE

Image

C’est bientôt l’Existrans, la marche des trans, des intersexes et de leur alliéEs et tu te demandes (si tu n’es pas trans et pas intersexe) si tu te considères comme unE bonNE alliéE, et bien tu sais quoi?

Si tu es capable de ne pas parler à notre place, tu peux le faire!

Je vais sortir de moi-même pendant 5 minutes et faire des efforts de pédagogie que normalement je ne devrais pas faire, parce qu’il me semble que tu devrais avoir compris ça depuis fort longtemps.

1) EDUQUE TOI

Ce qui veut dire que je n’ai rien a t’expliquer, que tu peux le faire toutE seulE et que je ne te dois rien.

(c’est bon y’a internet maintenant et si tu comprends pas que les trans sont mieux placéEs que les autres pour parler de leur vécus et de leurs revendications, abandonne tout de suite et maintenant)

2) FERME TA GUEULE

Ouais c’est vrai je pourrais être plus diplomate, mais je ne le suis pas. Et j’ai le droit aussi.

Ce qui veut dire que

a) dans une situation ou des trans sont présents, ne prends pas la parole pour parler de trans

b) dans une situation ou des trans sont absents (entre cis, enfin tu présupposes) bottes en touche et rappelle que personne n’est légitime pour parler en leurs noms. Il y’ a maintenant suffisamment d asso et de collectifs pour pouvoir se passer de ton avis de cis.

(toi même tu sais que les arguments type : « je connais suffisamment de trans, je suis sortie avec des trans/un trans » ne sont pas des arguments légitimes)

3) OUI, TU AS DES QUESTIONS, mais j’en ai rien a foutre.

Eduque toi, par des liens, des textes,des rencontres, des conférences, mais ne vient pas me les poser, car tu présupposerais que je suis là pour y répondre et ce n’est pas le but de ma vie tu vois.

4) OUI DES FOIS ON AIME QUE NOS AMIES CIS NOUS SOUTIENNENT et viennent a l’Existrans par exemple, ou juste soient là, pas loin, et c’est cool, on les aime grave parce qu’ils ou elles nous montrent du soutien,  mais on sait qu’ils ou elles ne diront pas un truc du genre « on est tous un peu trans tu sais », parce que ce n’est pas vrai.

5) DIRE QU’ON EST LGBTQI ou transpédégouine (attaché et c’est voulu), non ce n’est pas suffisant pour prendre la parole (spéciale dédicace)

Ce que tu entends par ta communauté, ce n’est pas obligatoirement ce que j’entends par la mienne. Et de plus les combats sont spécifiques, si tu refuses de le reconnaître, je pense que tu as un problème dans ta façon d’être en politique.

6) Est-ce que tu as remarqué que cet article s’applique a pas mal de luttes?

Advertisements

16 réflexions au sujet de « Etre unE bonNE alliéE »

  1. Spéciale dedicace a Pierre Dauphin pour sa grande sagesse puisqu’avec cet article il m’a traité de facho… vous pouvez le trouver sur FB et le remercier. Encore un allié comme on en rêve.

  2. Encore deux ou trois petits efforts à faire au niveau de la com’ quand même…Ah ah ah !
    Enfin non, continue comme ça, moi ça m’arrange.

  3. En tout cas, si la personne qui t’as inspirée l’article c’est le Pierre Dauphin auquel je pense, sache que cela ne m’étonne pas. Ce gars est habitué à croire que les rapports sociaux de domination se définissent, non pas à partir de ceux qui sont discriminés dans ces rapports, mais en fonction de sa compréhension à lui. Par exemple, il adore définir « le vrai antiracisme » (= celui qui ne mentionne jamais les privilèges blancs par exemple). Pas étonnant qu’un article qui demande aux bios de fermer leur gueule sur les trans, lui paraisse être du fascisme. C’est le genre à adorer les minorités qui le rassurent en lui disant qu’elles ne sont pas extrêmistes et qu’elles vont toujours prendre son avis en compte, contrairement à nous extrêmistes, véritables fascistes, qui en avons plus qu’assez de ses ingérences et son paternalisme compulsif.

  4. Et je précise, pour finir, que le plus important n’est pas sa personne, mais le fait qu’ils sont nombreux comme lui. Donc il s’agit d’un vrai problème politique, de personnes plutôt dominantes, qui parce qu’elles vivent une situation minoritaire sur un point, sont dans le déni de leurs autres privilèges sociaux par rapport aux autres, et veulent constamment faire la leçon aux minoritaires.

  5. Le danger de cette façon de voir les choses n’est-il pas de se réduire tout simplement à l’impuissance politique ?

    Si les gens qui ne sont pas trans ou intersexes n’ont pas le droit de discuter de ces luttes, comment par exemple espérer que les droits des trans et intersexes soient un jour débattus à l’assemblée nationale ? (combien de députés trans- ou intersexes ?)

    J’ai par exemple en tête le cas de Chelsea Manning et des droits des prisonniers-ères trans.

  6. Pwpw : si je ne m’abuse, juste que là rien n’avance pour les trans, et lorsque nos droits sont débattus à l’assemblée nationale, ils le sont avec beaucoup de faussetés et de choses qui n’ont rien à voir avec nos vécus, parce que ceux qui en parlent ne savent pas de quoi ils parlent. Donc bonjour les futures lois votées, mais qui laisseront certains de côté.

    Aussi, tout ne passe pas par l’Etat. Il faut arrêter de botter en touche en parlant d’une éventuelle loi, lorsqu’un texte explique aux gens qui veulent être des alliés qu’ils doivent se comporter autrement dans les relations interpersonnelles. Personne ne parle de loi ici,juste de comportements paternalistes dont nous avons assez.

    C’est si dur à capter ?

  7. Je ferais une différence entre « parler » et « parler à la place de ». Ce que nous ne supportons plus c’est le « j’aime les voyages je suis un peu rom quelque part » (donc je peux parler à leur place), le « je suis lesbienne « fem » je vis mon genre comme une performance alors je peux parler à la place des trans ». Ca ne me dérange pas qu’un chercheur bosse sur les problèmes d’hormones et de VIH, tant qu’il est capable de faire la part de ses fantasmes et de notre réalité.La plupart du temps quand les gens parlent de trans ils parlent d’en quoi l’idée de changement de leur genre les troubleraient.
    Faire un état pour les trans du marché du travail, de l’accès aux études supérieures, de l’accès à la santé, des violences, des problèmes qui préoccupent beaucoup de minorités, ça les intéressent beaucoup moins.
    Et puis il y a beaucoup de fanatisme dans notre milieu où la moindre divergence d’opinion sur un problème lointain vous vaut des anathèmes en rafales. Pour moi Pierre est un mauvais coucheur, il fait confiance en Caroline Fourest, pas moi, mais c’est loin d’être l’ennemi du peuple que certains voudraient ici . Dans ce cas là quid de Patrick Buisson?

  8. spéciale dédicace a la personne très militante qui a dit  » oh,ça va, je suis sortie avec assez de trans pour savoir de quoi je parle » (A) , et à son ami trans que ça n’a pas choqué.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s