Bienvenu chez les « Hommes » 2ème partie.

3928584-briques-de-verreComme je l’ai dit un peu avant, je n’ai pas à me plaindre car les formateurs de mon organisme de formation ont décidé très vite de garder pour eux le fait que je sois trans et de mettre au maximum les papiers internes a mon prénom masculin, bien avant que j’ai eu mon changement d’état civil.

Un jour, remplis de bonnes intentions, ils ont tenté l’exercice d’une sorte d’atelier basique sur les stéréotypes, plutôt axés sur les préjugés racistes que chacun pouvait avoir.

C’était une sorte de questionnaire auquel il fallait répondre rapidement sans réfléchir (bah oui parce que sinon hein…) avec des phrases à compléter telles que:

« _ Les chinois aiment…, les marocains sont…, les africains font… »

Enfin vous voyez quoi.

Puis s’en ai suivi une discussion assez superficielle ou chacun y allait de sa plus belle blague bien lourde pour faire rire toute la classe.

Arrivés au « les thaïlandais ont… » j’avais même pas vu venir le truc venir que hop, c’était parti pour les blagues transphobes.

Et là, intervention du formateur: « Ah mais attendez, on parle pas mal de la question du genre en ce moment (si si je vous jure c’est exactement la formule qu’il a utilisé) qu’est ce que vous en pensez vous? »

Alors je sais pas vraiment ce qu’il a voulu faire, mais c’est devenu très vite un festival de l’horreur pour moi et je me suis senti réellement m’enfoncer dans ma chaise. Je veux dire, je m’en doutais bien de ce qu’ils en pensaient, mais entendre un tel déferlement de conneries pendant un quart d’heure je m’en serais passé. La seule surprise a été mon voisin de gauche qui a mentionné le fait qu’il pouvait y avoir des femmes transsexuelles ( comprendre des FTM) mais que bon faire des bites ça devait pas être possible. Là, j’ai pas pu m’empêcher de lui dire que si, et il s’est mis a cracher par terre en disant que c’était dégeulasse.

A cet instant le formateur a du se sentir légèrement dépassé par la situation et a juste changé de sujet.

Publicités